18 décembre 2008

Le lumbago, la Lumière et les mécaniques

Cliquez sur chaque image pour l'agrandirA partir de ce jeudi 18 décembre, je serai absent. A Rabat, se tient le XIIIème salon national d'art photographique. Je vais profiter de ce petit voyage pour jouer encore et encore de la manivelle en espérant que le lumbago qui me terrasse en ce moment me laisse un peu de répit et de liberté de mouvement...A très bientôt et que la Lumière, qui nous est chère, baigne nos mécaniques... J'ai posté en avance un supplément d'images. Rendez-vous donc comme d'habitude au-delà de minuit!
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

17 décembre 2008

Transe figuration

Si tu fais des images, ne parle pas, n'écris pas, ne t'analyse pas, ne réponds à aucun questionnaire. Ne piétine pas les jardins secrets. Suggérer c'est créer : décrire c'est détruire. (Robert Doisneau)Je voulais démontrer la plasticité de la photographie. j'ai cherché à introduire des figures drapées et nues, les unes précisément modelées par la lumière, les autres transparentes dans l'ombre. (Oscar Gustav Rejlander)A mon point de vue, la beauté artistique d'une épreuve photographique consiste (...)presque toujours dans le sacrifice... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
16 décembre 2008

Intuition poétique de la réalité

Etre photographe, c'est matérialiser une intuition poétique de la réalité. C'est la recevoir pour "apporter un au-delà" que l'on ne soupçonne que par la poésie. La poésie n'est pas le seul privilège des poètes. Elles force toutes les serrures, vous attend là où vous ne la cherchez pas. (Pierre de Fenoyl)
15 décembre 2008

Prémonition

Deux ou trois jours avant la date fatidique de la dé-fête des moutons, j'ai fait ces photographies. On devine, jaillissant du fond à droite de la première image, un troupeau qui va vers son cruel destin...Par quelle ironie du hasard ce rouge hémorragique a-t-il pris les devants ?
14 décembre 2008

Je m'en flous royalement!

Frédéric Lambert :"S'il fallait résumer l'histoire des regards, et très rapidement, on pourrait écrire qu'il y a ceux qui s'attachent à l'objet représenté (un visage, une forêt) et les autres qui ne peuvent s'arrêter en si bon chemin et préfèrent la liberté d'aller plus loin que l'objet représenté (un visage, une forêt), pour voir l'objet photographié (un visage photographié, une forêt photographiée). Ce dernier regard est souverain dans la mesure où il prend deux fois du plaisir : à la source de l'objet, et à celle de la... [Lire la suite]
13 décembre 2008

Une autre ville

Derrière la ville aux cent visages, Une autre ville. Derrière la ville aux immeubles brillants Et aux boutiques achalandées, Une autre ville, Une ville de fantômes et d'échos En  toute sérénité, elle explore la mémoire de ses morts. Derrière la ville des couleurs et des formes, Des bruits et du mouvement Une autre ville surveille Les pas de l'étranger que tu es. Une autre ville, poème de Mahmoud Al-Brikan, in Le poème arabe moderne, Maisonneuve & Larose.

12 décembre 2008

Etes-vous pas du tout, peu, très ou trop...

technique ? En attendant votre réponse à cette question qui n'empêche personne de dormir, je vous donne à lire cet extrait de Jean-Claude Lemagny : " L'amateur naïf ne s'intéresse qu'à la technique; l'amateur averti prétend la dépasser pour s'intéresser à l'expression, à l'invention d'un style, à l' "Art"; le véritable artiste sait qu'il ne s'agit que de technique, toujours et seulement de technique. Car la technique peut être autre chose qu'une collection de recettes, arrêtées et enfermées dans un manuel. Il est une technique... [Lire la suite]
11 décembre 2008

Instemps

Si je pouvais de nouveau vivre ma vie Dans la prochaine je commettrais plus d'erreurs Je serais plus bête que ce que j'ai été en fait je prendrais peu de choses au sérieux Je serais moins hygiénique, je courrais plus de risques, je voyagerais plus Je contemplerais plus de crépuscules, je grimperais plus de montagnes, Je nagerais dans plus de rivières, Je me rendrais dans plus d'endroits qui me sont inconnus Je mangerais plus de crèmes glacées et moins de fèves J'aurais plus de problèmes réels et moins d'imaginaires. J'ai... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 décembre 2008

Le sable et le solde

Dans les premières lignes de l'avant-propos à son livre "Le boîtier de mélancolie", Denis Roche écrivait : "La photographie est la rencontre d'un temps qui passe sans s'arrêter et d'un temps qui ne passe pas, qui ne ressemble à rien parce qu'il ne nous appartient ni de le matérialiser ni de le commenter. Du premier, nous ne sommes jamais que le sable et le solde, du second, nous ne sommes que la transparence.Peut-on se contenter de dire qu'ils se rejoignent ? Non. Ils se coupent et, de cette coupure qui rase le front de... [Lire la suite]
09 décembre 2008

Epiphanie ardente

Non rassurez-vous, cela n'a rien à voir avec la célèbre actrice française de " La femme d'à côté" ou encore de "Pleure pas my love". Comme j'ai attrapé ces derniers temps la manie de la manivelle et que l'index de la main droite se trouve désormais en chômage technique, ce sont justement des clichés sortis tout droit d'un appareil argentique qui ne sait plus sur quel trépied danser...que je compte continuer à vous révéler en grande exclusivité! Les deux photographies de ce billet ont -à s'y méprendre- un petit... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]