07 juin 2009

Fusil à lunette

Touhami Ennadre : "Quand je photographie, je ne me laisse pas photographier par le sujet. Loin de me contenter de reproduire la réalité, je l'efface afin de ne pas tomber dans le piège de l'image et de laisser l'imaginaire dévoiler lui-même le réel. Le sens de mon travail est de faire ressurgir l'essentiel, il n'est jamais illustratif. Mes photos dépendent de ma lumière dont j'encercle mon motif qui ne pose jamais. Je travaille dans le mouvement et n'utilise pas de viseur. Il n'y a pas d'intermédiaire entre mon regard et le... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 19:54 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mai 2009

Coup de zoo-m sur la classe moyenne

Je lis rarement les journaux marocains. J'avoue que je les trouve indigestes et  inconsistants.  Mais, ce matin, alors que j'attendais pour une visite de routine  l'arrivée du médecin..., j'ai dérogé à la règle pour feuilleter  -quitte à avoir "La nausée" et "Les mains sales"- un périodique du jour qui traînait sur une table de la salle d'attente. C'est dans  le contexte de ce " huis clos " bondé de patients  angoissés et parfaitement représentatifs de la population que j'ai... [Lire la suite]
03 mai 2009

Qu'est-ce qui vous eXcite

le plus dans la photographie ? A cette question posée par la journaliste et critique Anne-Céline Jaeger dans son dernier livre "La photographie contemporaine par ceux qui la font", William Eggleston a répondu : " Sans doute le fait que je veux et que je sais être capable de prendre des photos que personne n'a jamais prises avant moi. Je ne pense absolument pas à ce que les gens vont ressentir en les voyant. Il s'agit plutôt de savoir ce que je vais en penser, moi, en les regardant. Quand quelqu'un lui demandait... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 mars 2009

25 mars ou l'illusion de permanence

Dans son Journal de travail portant sur la période qui se situe entre le 20 février 1997 et le 19 février 1998, voilà ce que l'auteur, Arnaud Claass,  a écrit à la date du 25 mars :<< Un ancien psychanalyste lors de mon vernissage à la Galerie de  Beaux-Arts de Nantes: " Vos images montrent que, contrairement à ce que l'on pense en général, l'organique a plus de permanence que le minéral. Ce corps nu montre une femme qui semble atteinte par la douleur. Derrière elle, le mur est traversé par une fissure. La... [Lire la suite]
18 février 2009

Quand ça va Malevitch...imaginons le monde riant

"Tout n'est que simulacre, apparence, parodie, le doute s'installe entre le jeu des citations cultivées et l'utilisation d'une technique "populaire" qui conserve tous les attributs de la modernité. Le langage classique de l'art n'est plus qu'une métaphore plus ou moins heureusement employée par un artiste pour qui la photographie n'est qu'une technique banale comme le crayon, ou un matériau ordinaire comme le plâtre. Il n'y a plus de système de valeur unique et universel, il ne reste que quelques reflets, quelques... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
17 décembre 2008

Transe figuration

Si tu fais des images, ne parle pas, n'écris pas, ne t'analyse pas, ne réponds à aucun questionnaire. Ne piétine pas les jardins secrets. Suggérer c'est créer : décrire c'est détruire. (Robert Doisneau)Je voulais démontrer la plasticité de la photographie. j'ai cherché à introduire des figures drapées et nues, les unes précisément modelées par la lumière, les autres transparentes dans l'ombre. (Oscar Gustav Rejlander)A mon point de vue, la beauté artistique d'une épreuve photographique consiste (...)presque toujours dans le sacrifice... [Lire la suite]
Posté par Too Banal à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 décembre 2008

Intuition poétique de la réalité

Etre photographe, c'est matérialiser une intuition poétique de la réalité. C'est la recevoir pour "apporter un au-delà" que l'on ne soupçonne que par la poésie. La poésie n'est pas le seul privilège des poètes. Elles force toutes les serrures, vous attend là où vous ne la cherchez pas. (Pierre de Fenoyl)
14 décembre 2008

Je m'en flous royalement!

Frédéric Lambert :"S'il fallait résumer l'histoire des regards, et très rapidement, on pourrait écrire qu'il y a ceux qui s'attachent à l'objet représenté (un visage, une forêt) et les autres qui ne peuvent s'arrêter en si bon chemin et préfèrent la liberté d'aller plus loin que l'objet représenté (un visage, une forêt), pour voir l'objet photographié (un visage photographié, une forêt photographiée). Ce dernier regard est souverain dans la mesure où il prend deux fois du plaisir : à la source de l'objet, et à celle de la... [Lire la suite]
12 décembre 2008

Etes-vous pas du tout, peu, très ou trop...

technique ? En attendant votre réponse à cette question qui n'empêche personne de dormir, je vous donne à lire cet extrait de Jean-Claude Lemagny : " L'amateur naïf ne s'intéresse qu'à la technique; l'amateur averti prétend la dépasser pour s'intéresser à l'expression, à l'invention d'un style, à l' "Art"; le véritable artiste sait qu'il ne s'agit que de technique, toujours et seulement de technique. Car la technique peut être autre chose qu'une collection de recettes, arrêtées et enfermées dans un manuel. Il est une technique... [Lire la suite]
10 décembre 2008

Le sable et le solde

Dans les premières lignes de l'avant-propos à son livre "Le boîtier de mélancolie", Denis Roche écrivait : "La photographie est la rencontre d'un temps qui passe sans s'arrêter et d'un temps qui ne passe pas, qui ne ressemble à rien parce qu'il ne nous appartient ni de le matérialiser ni de le commenter. Du premier, nous ne sommes jamais que le sable et le solde, du second, nous ne sommes que la transparence.Peut-on se contenter de dire qu'ils se rejoignent ? Non. Ils se coupent et, de cette coupure qui rase le front de... [Lire la suite]