V1070259

(…)la boue ! le substrat de ces terres émergées !

Comprenez ceci que la boue se nourrit de noir de noir de noir et que

même à la lumière offrant ses dartres, ses squames, ses verrues – cette peau sans cesse

par l’eau interne rafraîchie, elle

ne cesse de se refuser les couleurs pour cette couleur seule qui n’en est point une et par-là

même se veut définitive ?

(…)

Mais non, ce n’est pas en vain que le ciel déchaîne ses ouragans de lumière,

l’eau sourd des terres ténébreuses et bleuit le fossé

(…)

L’eau sourd, la terre se purge de cette ennemie

fraternelle, et le polder se dore

d’un vert incomparable. (…)

ce vert,

non pas le bleu qui aspire et le jaune qui repaît, mais

cela qui n’en est pas la combinaison tristement

chimique – mélange incertain où le moisi se met, et

le rouillé, et le roui, mais

cette couleur de jeunesse,

ah, je vous jure, ce ne sont pas de vieux anges blindés

qui sont sortis de l’océan comme les orques,

ni de vieux ogres en lambeaux venus des collines

dépenaillées,

on n’a pas rincé les bibliothèques et les musées,

les vieux trucs on les a mis où il faut les mettre, là où

les fourre la jeunesse affamée, là

où s’oublient les anges crottés, les fées vermoulues, les

vieilles modes insanes

ah !

non point là où

le polder se convulse pour du ventre se sortir la vie et

sa chevelure des merveilles vertes et profuses,

 (…)

O vert, ô prolifération de l’herbe acide et chatoyante,

Et les étincelles courent dans les racines, et l’eau les

permet, et l’eau n’en éteint pas la rage, et l’eau se

prasine comme les cheveux de la nymphe (…)

 

Gaston Compère (1992) Polders. Les noces de la terre, de l’eau et du ciel. Essai de géographie sentimentale. Editions La manufacture.

P1070232 P1070233 P1070234

P1070238 P1070240 P1070239

P1070247 P1070245 P1070248

P1070284

P1070287 P1070281 P1070254

P1070289

Cliquez sur les images pour les agrandir


Cette série d'images (cliquez sur le lien pour voir l'album correspondant ) a été réalisée par marée basse à l'embouchure du fleuve La mère du Printemps et plus exactement sur sa rive Est. Juste avant de boucler ce travail dans la boue, je suis tombé sur l'objet qui permet de démêler toute cette inextricable chevelure!

P1070296 P1070297 P1070298

Mais je n'ai pas trouvé le séchoir qui va avec...