c4

c3

c2

Parfois, en ces jours à la lumière exacte et parfaite,

En lesquels les choses ont toute la réalité qu'elles peuvent

     avoir.

Je me demande à moi-même lentement

Pourquoi je vais moi aussi jusqu'à attribuer

De la beauté aux choses.



De la beauté, une fleur en aurait-elle par hasard ?

Un fruit aurait-il par hasard de la beauté ?

Que non: ils ont couleur et forme

Et existence, rien de plus.

La beauté est le nom de quelque chose qui n'existe pas.

Que je donne aux choses en échange du plaisir qu'elles me

     donnent.

Elle ne signifie rien.

Alors pourquoi est-ce que je dis des choses: elles sont

     belles ?



Eh oui, même en moi, qui ne vis que de vivre,

Invisibles, ils s'immiscent, les mensonges des hommes

Devant les choses,

Devant les choses qui tout simplement existent.



Qu'il est difficile d'être soi-même et de ne voir que le

     visible !

Fernando Pessoa, Oeuvres poétiques, Bibliothèque de la Pléiade, page 27.